Le costume

    Le costume des Juifs marocains est un bon révélateur des variations régionales, des différences de catégories sociales ainsi que de l'acculturation et de la modernisation qui ont affecté cette culture, comme l'ont montré les travaux de l’ethnographe Jean Besancenot, dont les dessins et les descriptions ont permis d’en connaitre ces costumes.

    Le costume d'apparat ou quesoua el kbira (grande robe en arabe) ou traje de berberisca (costume barbaresque en espagnol) est sans doute le costume le plus réputé de la mode juive marocaine. Les couturiers et brodeurs juifs attachés à la cour d'Espagne ont crée les robes de velours à l'origine de la grande robe.

    Après l'expulsion des Juifs d'Espagne, la fabrication des perles d'or et de la passementerie a été transférée dans les villes marocaines, en particulier à Fès. Cet artisanat, auquel participaient hommes et femmes a été éliminé par la fabrication industrielle dans les années 1930.

    La grande robe, portée pour la cérémonie du mariage, puis pour les fêtes et les célébrations exceptionnelles est coupée dans du velours de couleur différente selon les régions : vert ou bleu pour les villes de l'intérieur et rouge grenat pour les villes de la côte.

    La longueur des manches et la façon de les porter, les caractéristiques des jupes ainsi que des coiffures varient également selon les régions.

1 sur 7